Tout ce qui touche le militaria et l'histoire de toutes époques.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA BATAILLE DE LA HORGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
paysan

avatar

Messages : 1374
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: LA BATAILLE DE LA HORGNE   Lun 3 Jan - 16:28

Le 13 mai 1940, le 19e corps blindé du général Guderian, après avoir traversé la Belgique et le Luxembourg, attaque les Français et franchit la Meuse dans la région de Sedan. Le 14 mai, tandis que la 10e Panzerdivision, passant à l'est de Sedan, tente une action vers le sud, Guderian infléchit vers l'ouest l'axe d'attaque des 1e et 2e Panzerdivisions, ouvre une brèche de 8 kilomètres entre les 2e et 9e armée françaises, entre Poix-Terron et Baâlons, et s'apprête à foncer en direction de Rethel.
La bataille[modifier]

Dans la nuit du 14 au 15 mai 1940, la 3e brigade de Spahis qui est déjà au combat depuis 5 jours, reçoit l'ordre de constituer un point d'appui au carrefour de La Horgne pour y fixer l'ennemi et permettre à d'autres unités de monter en ligne pour colmater cette brèche. Laissant leurs chevaux à couvert, les spahis des 2e régiment de spahis algériens et 2e régiment de spahis marocains s'installent à La Horgne, construisent immédiatement des barricades, et les bâtiments sont transformés en blockhaus, avec des moyens de combat restreints et désuets (3 canons antichars de 25 et 37mm seulement).

Le 15 mai vers 9 heures, 2 bataillons du régiment de fusiliers de la 1e Panzerdivision venant de Singly sont accueillis par des tirs nourrits. Les Spahis sont alors attaqués par des avions de chasse, par des blindés légers puis lourds. Les attaques ayant été stoppées, les allemands contournent les positions et s'en emparent petit à petit.

La bataille fait rage, les pertes sont nombreuses de part et d'autre. Les Spahis marocains et algériens réussissent à repousser les nombreux assauts de cette unité blindée détruisant 16 panzers. N'ayant plus de munitions et totalement encerclés, sommés de se rendre, les spahis répondent avec leurs fusils et leurs grenades. Un escadron de spahis se lance dans une charge à cheval suicidaire, contre les blindés allemands qui font un carnage.
Bilan[modifier]

Le soir, après 10 heures de combats, totalement encerclés, épuisés et à court de munitions dans le village en flammes, n'ayant pas été rejoints par les renforts attendus, les survivants se résignent à cesser le combat. Certains réussiront à décrocher, en ordre dispersé et, dans des conditions très difficiles, ils réussiront à regagner les lignes françaises et poursuivront la lutte ; d'autres sont faits prisonniers et reçoivent sur le terrain les honneurs militaires de leurs vainqueurs.
Pertes

Près de 750 soldats, dont les 2 chefs de corps, les colonels Emmanuel Burnol et Edouard Geoffroy, ont laissé leur vie, ou sont portés disparus. Ils seront cités et décorés de la Croix de guerre en 1949.
Le colonel Marc, commandant la 3ème Brigade de Spahis, estimait à 150 à peine le nombre des survivants de la Brigade.
L'escadron de mitrailleuses eut 17 survivants, fait prisonniers, sur 180 partis au combat.

* 2e régiment de spahis algériens :
o 14 officiers tués ;
o 490 sous-officiers et soldats tués ;
o 456 chevaux tués ;
o citation à l'ordre de l'armée le 24 octobre 1950 ;
o croix de guerre 39-45 avec palmes.

* 2e régiment de spahis marocains:
o 10 officiers tués, 11 blessés (10 officiers restent valides sur 31) ;
o 240 sous-officiers et soldats tués, 625 blessés (310 restent valides sur 1202) ;
o 190 chevaux tués ;
o citation à l'ordre de l'armée le 13 juin 1956 ;
o croix de guerre 39-45 avec palmes ;

Soit 24 officiers et 730 sous-officiers et soldats sur un effectif d'un millier d'hommes.

Les Allemands eurent plusieurs centaines d'hommes mis hors de combat (certains donnent le nombre de 1 000) ainsi qu'une vingtaine de véhicules détruits dont une douzaine de véhicules blindés.



les spahis chargeant les blindés de Guderian
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE LA HORGNE   Sam 24 Déc - 17:36

Passionnant sujet !

Je commence à m'intéresser au 2e RSM puisqu'il est l'auteur (un escadron du groupement Gaillard soutenu par deux FCM du 4e BCC) de la vigoureuse contre-attaque du 9 Juin 1940 face à la tête de pont allemande dans la région de Voncq (Ardennes). Il s'agit du front tenu par la 36e DI (18e RI de Pau, 57e RI de Bordeaux, 14e RI de Toulouse). A l'issue de la charge sabre au clair de cet escadron, les français feront près de 800 prisonniers...

Une citation d'un témoignage du capitaine Oulié commandant la 18e batterie du 224e RAL, rapporté par M. Christophe Dutrône dans Ligne de Front (HS10) : (...) Je vois très bien à la jumelle, à deux ou trois kilomètres sur la crète, un escadron de spahis marocains qui charge sabre au clair et qui, nous l'aurons sur le soir, reconduit les b***** (sic) jusqu'au canal et fait plus de 600 prisonniers (chiffre officiel de 792). C'est très spectaculaire, et je ne crois pas qu'il y ait eu au cours de la guerre beaucoup de charges semblables.



Comme quoi, même en juin 40 l'armée Française a remporté des victoires remarquables.
Revenir en haut Aller en bas
 
LA BATAILLE DE LA HORGNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA BATAILLE DE LA HORGNE
» [Rapport de bataille-1500pts] U'zhul vs Gotrek
» Nouveaut tapis de bataille Citadel
» Petit rapport de bataille entre amis Mordor VS Numenor (SDA)
» CEREMONIE GENERAL BATAILLE, COL DU BONHOMME, les photos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
militaria et histoire vivante  :: 2ème guerre mondiale-
Sauter vers: