Tout ce qui touche le militaria et l'histoire de toutes époques.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la liberation de troyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1346
Date d'inscription : 13/07/2010
Age : 39
Localisation : Lantages

MessageSujet: la liberation de troyes   Jeu 12 Mai - 20:21

salut a tous, voici l'histoire de la libération de mon département par la 4eme Armored Division US, le 25 aout 1944.


Vendredi 25 Août 1944 a Troyes:

9h00: Les Occupants terminent la destruction du pont de Châlons commencée la veille. Jusqu'a 12h00, ils continuent a faire sauter les ponts, ne préservant pour les besoins de leur défense que ceux du Pont Vert, de la Cité et de la piscine.
La plupart des magasins, en dehors des boulangeries, sont fermés. La ville est presque déserte.

13h00: A Troyes, on entend le canon tonner en direction de Sens. Les Allemands font exploser trois caisses de dynamite sur le Pont Largentier.

14h00: Les Américains occupent Montgueux sans combat. Ils creusent des trous individuels dans le haut du trou de Chirac.

14h10: Les canons situés aux Charmilles se mettent a tirer. La libération de Troyes entre dans sa phase finale.

15h00: L'artillerie allemande est totalement en place. Elle est groupée au grand Séminaire, au parc des Sports, a l'ouest de Saint Parres-aux-Tertres, au village nègre a Saint Julien, quelques pièces aux Tauxelles et a la Moline.
De nouvelles batteries se concentrent dans les parcs et propriétés de Pont Sainte Marie.

15h15: La canonnade reprend.

16h00: L'ordre d'attaque est donné aux Américains par le commandant West. Les chars descendent de Montgueux et de Grange l'Evêque en éventail. Ils pénètrent dans la cité par la rue des Marots. Côté allemand, la surprise est a peu pres complète.

16h10: Les batteries allemandes des Charmilles sont rendues muettes par quelques coups bien ajustés des Américains.

16h30: Les Allemands retranchés dans les jardins du boulevard Gambetta et au lycée de garçons sont surpris par l'arrivée des chars américains. Ils se mettent en état de défense. Un violent combat se déroule dans tout le nord-ouest de Troyes.

16h45: A Troyes, les canons anti-chars et mitrailleuses sont en pleine action. L'attaque se developpe. Les Allemands font sauter les édifices qu'ils habitent .

17h25: venant de la rue Diderot, les blindés US du 35ème Bataillon d'Infanterie Motorisée débouchent boulevard Gambetta. Pendant 20 minutes leurs mitrailleuses balayent la Vallée Suisse où sont retranchés les Allemands.
Les Américains organisent bientôt leur défense autours du mail du Cirque.

18h00: On se mitraille dans le secteur de l'avenue Pasteur et de la route de Paris.

18h35: L'avenue Pasteur est libérée. Bientôt les chars américains descendent la rue Thiers (act. rue Général de Gaulle), au milieu des fleurs, des acclamations et des drapeaux.

19h00: Place du marché, les fantassins américains se heurtent au tir des occupants d'un véhicules allemand stationnant rue de la République.

19h15: Les troupes américaines donnent l'assaut au lycée de garçons et au "Crédit du Nord" où sont retranchés les Allemands.

19h30: Les Allemands tentent de refermer leur seconde ligne de défense établie sur le canal et la Seine aux Bas Trévois. Ils tentent d'amorcer deux torpilles sur le pont de la Cité.
A la même heure, ils organisent la défense du quartier de Croncels et du boulevard de Belgique.

19h35: Le commandant West qui dirige les opérations militaires de la libération de Troyes, installe son Q.G. provisoire, 8 boulevard Gambetta.
Le Comité départemental de libération siège en permanence au palais de justice.

19h45: Les Allemands doivent modifier leur système de défense et le reporter sur la Seine a Fouchy et aux Tauxellles, ainsi que sur le bras des Charmilles et du boulevard Danton.

20h00: En application de leur nouveau plan de défense, les Allemands font sauter les ponts du Quartier Bas, ceux de l'entrée de la rue Etienne Pédron, de l'Abattoir, du cours Jacquin, des Charmilles, de la rue Michelet.
Le pont Saint Jacques est provisoirement préservé afin de permettre la retraite des soldats encore dans la tête du Bouchon de Champagne.

21h00: Les Allemands reviennent en force a Sainte Savine.

23h00: Avec des médecins et infirmiers français volontaires, un hôpital américain provisoire est installé au collège Urbain 4 (act. Saint Bernard).

23h30: La pluie tombe sur le département et persistera jusqu'a 5h.



Samedi 26 août a Troyes:

La nuit permet aux bélligérants de réorganiser leurs forces.

5h00: Des F.T.P. occupent l'Hôtel de ville de Saint Savine. Les F.F.I pour leur part entrent a Saint Savine et entreprennent une libération méthodique.

5h30: Le duel d'artillerie et la bataille reprennent a Troyes.

6h00: Les Allemands, mauvais signe pour eux, font sauter le pont de Saint Jacques.

8h00: Le général Von Schram et son secrétaire, l'organiste qui faisait les concerts a la cathédrale, qui viennent de quitter lécole normale de garçons, prise d'assaut par les Américains, est fait prisonnier par uné équipe de d'hommes de Creney commandés par le curé Mr l'abbé Pierlot, alors qu'ils se replie sur Brienne. Ils feront 112 prisonniers Allemands.

8h30: Les Allemands poursuivent leur repli. Les concentrations d'artillerie rassemblées la veille a Pont Sainte Marie se replient vers Brienne , par suite de l'avance du groupe de combat Oden. Avant de quitter les lieux, ils font sauter le pont de la Seine.
Par contre, ils tiennent solidement encore tout le sud de Troyes.

8h45: Des élements de la Wehrmarcht quittant le quartier Saint Jacques et le Véon, refluent vers Chaumont. En partant, ils font sauter le pont de Saint Parres aux Tertres.

10h15: Aux ETS Devred (Soldateinheim) et la grande Poste où les occupants sont toujours retranchés, se livre un nouveau combat. La poste abrite 25 télégraphistes et un officier.
Plusieurs chars américains venant de la rue de la République les délogent a coups de Canon.
La population commence a amener a l'hôtel de ville, les femmes tondues et barbouillées de goudron, accusées d'avoir eu des rapports avec les Allemands.

11h00: Les Allemands tiennent toujours la rive droite de la Seine aux Charmilles.
Dans la partie libérée, une quinzaine sont capturés dans la prison de la rue Hennequin, apres un bref combat. Trois sont tués.
Un combat auquel participent les gendarmes, se livre boulevard Danton.

13h30: Des cyclistes allemands cherchant a se dégager de la ville font sauter le pont de Fouchy.

17h00: On se bat toujours violemment dans le secteur sud de Troyes. Des auto-mitrailleuses réussissent a faire refluer les Allemands retranchés dans les maisons situées entre la route d'Auxerre et la rue Charles Dutreix, a Croncels (Act. avenue Pierre Brosolette).

19h15: Le major Rendle H. Fussel qui, depuis 13h00 commande les forces Américaines a Troyes, donne l'ordre a son artillerie de canonner la gare, les ruines de Croncels, l'école Jean Macé et les ETS Gillier où les Allemands sont toujours retranchés.

21h00: Les combats de Troyes s'apaisent. Les Allemands tiennent toujours l'usine Gillier, les secteurs des Trévois et de la Moline, ainsi que Saint Julien les Villas.



Dimanche 27 août a Troyes:

Nuit: Les Allemands se retirent progressivement de Saint Julien. Les SS des ETS Gillier réussissent a décrocher sans être inquiétés.

3h00: Les SS des ETS Gillier traversent Bréviandes roulant den direction de Bar sur Seine.

7h00: Il fait un soleil splendide sur tout le département.

9h00: Le préfet de la Résistance, MR Petitbon, accompagné de Montcalm prend possession de la préfecture, Montcalm et les Américains installent leur PC a la caserne Beurnonville. Les F.T.P. prennent possession de la caserne Songis.

Matinée: Les SS retranchés a lécole Jean Macé préfèrent se faire tuer sur place que de se rendre. Un long échange de coups de feu neutralise le boulevard Jules Guesde et la rue du Pont des Champs.

16h00: Troyes fête spontanément sa libération, le préfet est acclamé par une foule en délire.

18h00: La fusillade reprend au quartier Bas, des tireurs isolés se trouvant dans le clocher de l'église de Saint Nizier, avec une mitrailleuse lourde, vers le pont Saint Jacques, un groupe de jeunes des chantiers de jeunesse ayant rallié le maquis y mettent bon ordre.

19h00: La fusillade se rallume a Croncels par suite du départ des Américains. Des Allemands cachés dans les décombres tirent sur la foule en liesse. Aucun blessé.
Un retour offensif des Américains assainit la situation.
La libération de Troyes était terminée.


Revenir en haut Aller en bas
http://militaria-histoire.forumsactifs.com
 
la liberation de troyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la liberation de troyes
» meeting de troyes "he oui les gros"
» Avis de marché - Troyes (10) - restauration de tableaux - église St Nizier (2 lots)
» 1er BCP Troyes
» Le vieux Troyes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
militaria et histoire vivante  :: 2ème guerre mondiale-
Sauter vers: