Tout ce qui touche le militaria et l'histoire de toutes époques.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:41

J'ai déjà écris cet "exposé" sur des autres forums. Je me suis dit pourquoi ne pas le mettre également sur ce forum !Je m'intéresse à ce secteur car j'habite en plein dedans !


Le Secteur Fortifié de Faulquemont


Historique, insigne, implantation, réstrictions :


Le Secteur Fortifié de Faulquemont ou SFF, est situé en Lorraine. Il avait pour mission de mettre à l'abri des canons Allemands la ville de Metz et, si possible, protéger les gisements houillers de la région de Faulquemont. L'avant projet de ce secteur a été étudié d'Avril à Septembre 1930, alors qu'il y avait déjà les premières restrictions de crédits. Le Secteur Fortifié de Faulquemont a subi, des restrictions. En effet, les ouvrages du Kerfent et de Laudrefang (SFF), auraient normalement dû être des ouvrages d'artillerie, mais faute de crédits ces deux ouvrages ont été construits sous forme d'ouvrages d'infanterie. De plus, les ouvrages du Bambesch, et de l'Einseling n'on pas reçu leur tourelle de mortiers de 81mm comme prévu. Le secteur n'a reçu aucun abri ni observatoire.
Les régiments qui occupent ce secteur sont le 146ème Régiment d'Infanterie de Forteresse (RIF) qui occupait le sous-secteur du Bois-des-Chênes (casemates du bois de Laudrefang et PO de Téting). Le 156ème RIF qui lui occupait le reste du secteur. Il y avait aussi le 163ème RAP* (Casemates d’artillerie et PO de Laudrefang), le 39ème RARF**.

*Régiment d’Artillerie de Position.
**Régiment d’Artillerie des Régions Fortifiées.

Voci l'insigne du Secteur Fortifié de Faulquemont.. Sur un bouclier ovale, un faucon guette sa proie au dessus d’un paysage de la ligne Maginot en Lorraine symbolisé par une casemate armée d’un canon, un champ de rails et trois chardons. Le nom du secteur figure sur la bordure. Durant l'annexsion Allemande, la ville de Faulquemont se nommait Falkenberg (montagne aux faucons).

Le secteur compte 5 petits ouvrages (PO), 8 casemates d’infanterie et 3 casemates d’artillerie.


Le Secteur Fortifié de Faulquemont :


1 - Les ouvrages du Secteur Fortifié de Faulquemont :



Le PO (petit ouvrage) du Kerfent : A34

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage du Kerfent est un ouvrage d’infanterie (CORF*) composé de 4 blocs reliés entre eux par des galeries. Il était commandé par le capitaine Broché, l’officier adjoint était le sous-lieutenant Gangloff. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 161 hommes. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 4 officiers et 139 hommes.
Le bloc 1, est équipé d’une tourelle de mitrailleuses et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur (cloche GFM).
Le bloc 2, consititu l’entrée. Il est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, d’une cloche lance grenade, d’une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Sud du Mottenberg (Secteur Fortifié de Boulay), composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses (JM) et canon antichar de 47mm et d’un créneau jumelage de mitrailleuses (JM/AC47).
Le bloc 3, est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A d’une chambre de tir d’infanterie flanquant vers le bloc 3 du PO du Bambesch, composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et d’un créneau jumelage de mitrailleuses.
Le bloc 4, est armé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A et d’une cloche observatoire à vision périscopique (cloche obs./VP).

*Comité d’Organisation des Régions Fortifiées.

Historique :

Le 21 Juin 1940, l’Oberst von Lichtenstern déploie son régiment sur les arrières en fixant comme objectif le Kerfent au III/IR339. Dans la nuit, les Stosstruppen du I/IR339 se dirigent sur les arrières de l’ouvrage par le bois qui adosse ce dernier. Pendant ce temps, deux pièces de 8.8 Flak s’installent sur le bloc 3 de Bambesch. Tôt le matin, les canons tirent sur le bloc 3 du Kerfent. En même temps, le bloc 2 est attaqué par des Pak 3.7. Plus tard le bloc 3 est perforé et abandonné par son équipage. Vers 7h30, un Flak 8.8 s’approche du bloc 2 et commence ses tirs. Trois-quarts d’heure plus tard, les troupes s’élancent en direction du bloc 2. L’attaque échoue. Les Allemands réunissent alors toute l’artillerie disponible et réattaquent le bloc 2. Cette action va permettre aux troupes d’atteindre le bloc 2 mais pas de le prendre. A ce moment, le capitaine de l’ouvrage, le capitaine Broché, qui estime que toute résistance est désormais inutile, envoie un officier parlementer avec les Allemands. Mais suite à une maladresse de ce dernier, les Allemands pénètre dans l’ouvrage sans que la reddition soit négociée.

PS : l’Oberst von Lichtenstern sera gravement blessé durant l’attaque du Kerfent. Il sera transporté dans une clinique ou il décédera dans la soirée.
Durant l’attaque du Kerfent 4 soldats Allemands sont mort et 31 ont été blessés.

Le PO du Bambesch : A35

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage du Bambesch (situé sur la commune de Bambiderstroff) est un ouvrage d’infanterie (CORF) composé de 3 blocs reliés par des galeries. Il était commandé par le capitaine Pastre et l’officier adjoint était le lieutenant Trunkenwald. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 121 hommes. Etaient présente le 2 Septembre 1939, 2 officiers et 102 hommes.
Le bloc 1, comporte une tourelle de mitrailleuses et une cloche guetteur fusil mitrailleur.
Le bloc 2, entrée du PO du Bambesch, possède deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, une cloche lance grenade et une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Nord de Bambiderstroff, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et un canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.
Le bloc 3, entrée, possède deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A, une chambre de tir d’infanterie flanquant vers le bloc 3 du PO du Kerfent, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.

Historique :

Le Bambesch est attaqué le 20 Juin 1940. Dans les environs de 13h00, un Flak 8.8 s’attaque au bloc 2 qui sera perforé vers 15H00. Les ouvrages voisins tirent au-delà de leur portée utile mais ceci n’est d’aucun secours. Le capitaine Pastre, commandant de l’ouvrage, juge inutile de vouloir résister à tout prix*. A 19h00, un parlementaire est envoyé par le commandant de l’ouvrage et prend contact avec un sous officier Allemand à travers un créneau. Après ça, l’équipage sort de l’ouvrage.

*D’autant qu’il y a des problèmes de ventilation qui laissent planer des risques d’asphyxie.

Le PO de l'Einseling : A36

Présentation/composition/armement :

Le PO de l'Einseling est un ouvrage d’infanterie (CORF) monobloc. Il était commandé par le lieutenant Vaillant, l’officier adjoint était le sous-lieutenant Vion. Il pouvait accueillir (effet théorique) 1 officier et 68 hommes. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 2 officiers et 60 hommes.
Il est composé d’une tourelle de mitrailleuse, une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée B, une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée partiellement en B, une cloche jumelage de mitrailleuses, une cloche jumelage de mitrailleuses modifiée en une cloche armes mixtes. Il possède aussi une chambre de tir d’infanterie flanquant vers la casemate Sud de Bambiderstroff composée d’un créneau jumelage de mitrailleuses avec un canon antichar de 47mm.

Historique :

Le 21 Juin 1940 (jour de l’attaque contre le Kerfent), une importante attaque se développe contre l'Einseling. Le matin, un puissant feu d’artillerie* ravage le secteur de l’ouvrage. Des observateurs qui se situent dans la casemate Nord des Quatres-Vents et au PO de Laudrefang signale une masse importante d’infanterie Allemande massée sur la colline derrière l'Einseling. L’assaut est lancé. Aussitôt les deux mortiers de 81mm du bloc 1 de Laudrefang* ouvrent le feu. Les obus de 81mm pleuvent sur l’ennemi. La tourelle du PO se met en batterie et tire. L’ennemi recule.
L’ouvrage de l’Einseling ne se rendra sur ordre, que le 2 Juillet 1940.
Les pertes Allemandes sont évaluées à 4 tués et à 26 blessés.

*Obus de 105mm et 150mm.
*Surpris par les mortiers de 81mm, les tirs d’artillerie se concentrerons sur l’ouvrage de Laudrefang, clé de voûte du dispositif constitué des ouvrages de l’Einseling, Laudrefang, et de Téting.

Le PO de Laudrefang : A37

Présentation/composition/armement :

Le petit ouvrage de Laudrefang est un ouvrage mixte (CORF) composé de 5 blocs dont un non relié par galerie au reste de l’ouvrage (bloc3). Il pouvait accueillir (effet théorique) 8 officiers et 267 hommes. L’ouvrage était commandé par le capitaine Cattiaux, l’officier adjoint était le lieutenant Vincent. Etaient présents le 2 Septembre 1939, 7 officiers et 246 hommes.
Le bloc 1, constitu l’entrée du PO de Laudrefang. Il est composé d’une chambre de tir d'infanterie flanquant vers la casemate sud des Quatre vents, comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et un créneau jumelage de mitrailleuses. En dessous de la chambre de tir d’infanterie se trouve une chambre de tir pour deux mortiers de 81mm flanquant vers l'ouvrage de l'Einseling. Sur les dessus du bloc se trouve une cloche guetteur fusil mitrailleur type A modifiée B et une cloche guetteur fusil mitrailleur type A partiellement modifiée B.
Le bloc 2, est armé d’une tourelle de mitrailleuses, et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur.
Le bloc 3, est composé d’une chambre de tir d’infanterie flaquant vers la casemate nord du bois de Laudrefang comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm et un créneau jumelage de mitrailleuses. En dessous de la chambre de tir d’infanterie, se trouve une chambre de tir pour deux mortiers de 81mm flanquant vers l’ouvrage de Téting. Sur les dessus du bloc, on peut voir deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A et une tourelle de mitrailleuses.
Le bloc 4, est composé de deux cloches guetteur fusil mitrailleur type A.
Le bloc 5, d’une cloche à vision direct périscopique et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A.

Historique :

Depuis le 21 Juin 1940, l’ouvrage de Laudrefang tir des obus de 81mm pour défendre les ouvrages voisins. Il devient alors la cible des canons Allemands*. Un caporal-chef est tué dans la cloche du bloc 2 dès le début des tirs. Massacré par les obus, l’ouvrage est réparé pendant les nuit pas des sapeurs*.
L’ouvrage de Laudrefang résistera jusqu’au 2 Juillet 1940, avant de se rendre, sur ordre.

*Obus de 37mm, 88mm, 105mm, 150mm.
*Ils soudent des plaques pour boucher les créneaux défoncés, liment les éclats qui bloquent les tourelles de mitrailleuses.

Le PO de Téting : A38

Présentation/composition/armement :

L’ouvrage de Téting est un ouvrage d’infanterie (CORF) composé de trois blocs dont un non relié par galerie au reste de l’ouvrage (bloc 1). Il était commandé par le lieutenant Marchelli. Il pouvait accueillir (effet théorique) 2 officiers et 125 hommes.
Le bloc 1, est composé de deux cloches jumelage de mitrailleuses modifiées en cloche armes mixtes, d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A.
Le bloc 2, est composé d’une tourelle de mitrailleuses, d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type B et pour finir.
Le bloc 3, qui lui est composé d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A et d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A et d’une chambre de tir d’infanterie comportant un créneau jumelage de mitrailleuses et canon antichar de 47mm avec un créneau jumelage de mitrailleuses.

Historique :

Le 19 Juin 1940, le bloc 3 est la cible des canons Allemands. Les obus s’abattent sur le bloc 3 ou l’on est obligés de boucher les trous avec des sacs de sable ! Le 21 Juin 1940, le Po de Téting, tout comme les autres ouvrages du secteur, est attaqué par les canons Allemands. Au bloc 1, un soldat qui est en service au créneau fusil mitrailleur, qui protège l’entrée, ouvre le feu sur une patrouille qui croyait que le bloc était évacué. L’officier qui marchait en tête du groupe a était littéralement coupé en deux par la rafale du fusil mitrailleur. Les 2 mortiers de 81mm du bloc 3 de Laudrefang ouvrent le feu en direction du PO de Téting. Les tirs causeront des dégâts importants aux assaillants.
L’ouvrage de Téting se rendra que le 2 Juillet 1940, sur ordre.


Dernière édition par Simon le Mer 31 Aoû - 17:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:42

Suite et fin.


2 - Les casemates d'infanterie du secteur et leur historique :


Historique :

Le 15 Juin 1940, conformément aux ordres, les équipages des casemates du Secteur Fortifié de Faulquemont sabotèrent le matériel, avant de les évacuer. En partant, ils laissaient seul les ouvrages du secteur, en les privant de la continuité des feux de la ligne. En évacuant les casemates Nord et Sud de Bambiderstroff, les Allemand pouvaient installer les canons non loin de là et attaquer.

Durant la nuit, un groupe de soldat venant du PO de l’Einseling réoccupait les casemates Nord et Sud de l’Einseling (sabotées) et tiraient et lançaient des grenades pour faire croire que les casemates étaient toujours occupées. Au matin, ils retournaient dans leur ouvrage pendant que l’artillerie Allemande, bluffée, tirait sur les casemates. Pareil pour les casemates Nord et Sud des Quatres-Vents réoccupées par une vingtaine d’hommes qui venaient du PO de Laudrefang. La casemate Sud sera très harcelée par les canons Allemands.

Composition/armement :

Le secteur en compte huit, dont six dites "cuirassées". C'est à dire, qu'elles sont armées que de cloches GFM (cloche guetteur fusil-mitrailleur), JM (cloche jumelage de mitrailleuses) ou AM (cloche d'armes mixtes).

Il y a :

-La casemate Nord de Bambiderstroff C70
-La casemate Sud de Bambiderstroff C71 - cuirassée
-La casemate Nord de l’Einseling C72 - cuirassée
-La casemate Sud de l’Einseling C73 - cuirassée
-La casemate Nord des Quatres-Vents C74 - cuirassée
-La casemate Sud des Quatres-Vents C75
-La casemate Nord du bois de Laudrefang C76 - cuirassée
-La casemate Sud du bois de Laudrefang C77 - cuirassée


3 - Les casemates d'artillerie du secteur et leur historique :


Le secteur compte 3 casemate d’artillerie toutes armée d’une cloche guetteur fusil mitrailleur type A, et de deux canons de 75mm modèle 1897.
La casemate d'artillerie du bois du Bambesch qui flanquait vers le PO de l’Einseling.
La casemate d’artillerie du bois du Stocken qui flanquait vers les ouvrages du Bambesch et du Kerfent.
Et enfin la casemate d’artillerie de Téting.

Historique :

Comme le secteur manquait d’artillerie, le 163ème RA* a fait construire trois casemates d’artillerie en 1937 de type RFM**.
Les trois casemates d’artillerie n’ont pas jouées un grand rôle dans la défense du secteur, car, elles devront être évacuées sur l’ordre du 15 Juin 1940.

*Régiment d’Artillerie.
**Région Fortifié de Metz.


4 - PC, blokhaus... :


On peut trouver dans le Secteur Fortifié de Faulquemont, un petit observatoire, sur une côte : la côte 400. D’où le nom : l'observatoire de la Côte 400. Un autre, situé près de Téting : l’observatoire du Tattenholz.

Le secteur comporte aussi de nombreux PC : le PC du bois de Steinbesch, le PC bétonné d’Heflédange et celui du bois de Pontpierre.
On y trouve aussi de nombreux blokhaus MOM* qui appartiennent à la ligne principale de résistance, des guérites d’observation, un char servant d’observatoire et des casemates Pamart ou des tourelles démontables.

*Main d’Oeuvre Militaire.

Mot :

Avec ses deux ouvrages capturés (qui se sont bien défendus), ainsi que les trois autres ouvrages non vaincus lors de l’armistice et cela jusqu'au 2 Juillet 1940, le Secteur Fortifié de Faulquemont a résisté.

Avez-vous auparavant entendu parler de ce secteur ?
Avez-vous déjà visité un ouvrage de ce secteur ? De la Ligne Maginot ?

Simon.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour plus d’informations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:46

Pour mieux visualiser, voilà quelques photographies du Secteur Fortifié de Faulquemont que j'ai prises.

Cloche VDP (Vision Directe Périscopique) du bloc 5 du PO (Petit Ouvrage) de Laudrefang :







Vue imposante de la cloche GFM du bloc 1 du PO de laudrefang :



Vue des dessus du bloc 1 du PO de Laudrefang avec au loin, la casemate Sud de l'Einseling (sur la crête en face ou il y a l'herbe "beige") :



Très belle vue (je trouve) de la casemate Sud de l'Einseling :



Vue de la cloche GFM de cette même casemate (on peut bien apprécier l'épaisseur de la dalle) :



Une des cloches GFM du PO monobloc de l'Einseling (Au loin, dans la forêt on peut voir une antenne. C'est là que ce situe le bloc 3 du Bambesch) :



Vue d'une autre cloche GFM et d'un morceau de la TM du PO de l'Einseling :



Vue prise des dessus du PO de l'Einseling. On voit la niche blindée du projecteur :



Toujours sur les dessus, des ardillons :


ATTENTION ! DANGER !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:47

Le Secteur Fortifié de Faulquemont sous la neige !

Le bloc 1 du PO du Bambesch avec sa tourelle de mitrailleuses et sa cloche GFM :



Le bloc 2 du PO du Bambesch et sa cloche GFM :





Le bloc 3 du PO du Bambesch :

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:47

Reste du champ de rails ("anti-char") autour du PO du Kerfent :







La tourelle de mitrailleuses du bloc 1 du PO du Kerfent :



Le bloc 2 du PO du Kerfent et une de ses cloches :







Une des deux cloches GFM du bloc 3 du PO du Kerfent :





Bloc 4 (observatoire) du PO du Kerfent :



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:48

Blockhaus AB 10 "type RFM" dans le bois du Kerfent :





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:49

Voici deux photos de la casemate Nord de Bambiderstroff qui flanque vers le PO du Bambesch :


La casemate d'artillerie du Stocken et vraiment en retrait sous la deuxième antenne tout à droite (au fond de la photo), la casemate d'artillerie du bois du Stocken (on voit une masse noire dans la forêt).



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 17:57

Il faut savoir que les équipages d’ouvrage du Secteur Fortifié de Faulquemont étaient composés de soldats venant pour la plupart des communes sur lesquelles les ouvrages se trouvaient, mais également de Parisiens, de Ch’tis, et parfois même de Corses.

Les hommes combattaient alors juste à côté de leur village natal, et certains ont dû mitrailler à la mitrailleuse Reibel de 7,5mm leur propre maison, car les Allemands s’y étaient réfugiés…

Il y a eu beaucoup de combats. Les photos parlent d'elles-mêmes. A plusieurs reprises, les Allemands enverrons un officier et deux soldats, avec un drapeau blanc afin de pousser les ouvrages du secteur encore en place de se rendre. Ils seront encadrés à la mitrailleuse et rapartirons aussi sec.

Des hommes du 146ème RIF ont été fusillés à Domptail, lors du repli général dans les Vosges, après avoir fait le choix de résister plutôt que de se replier.
Revenir en haut Aller en bas
Jedburgh

avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 32
Localisation : Ruvigny

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 18:43

Beau travail !!!
jedburgh
Revenir en haut Aller en bas
paysan

avatar

Messages : 1374
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 18:53

magnifique exposé Simon, et les photos sont vraiment très belles
On voit bien les dégats causés par les tirs de 88 sur les cloches....
Tout cela me rappelle la lecture d'un ouvrage de Roger Bruge "faites sauter la ligne Maginot" (mais je suppose que tu as du déja le lire! Rolling Eyes )
Revenir en haut Aller en bas
Jedburgh

avatar

Messages : 1053
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 32
Localisation : Ruvigny

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 19:07

Tiens en parlant de ligne Maginot , j'ai vu a Cultura qu'ils avaient sortit une bd dessus !
jedburgh
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Mer 31 Aoû - 19:37

Merci Smile

Oui, j'ai déjà lu "Faites sauter la Ligne Maginot" ! Very Happy Very Happy

Ah oui le 88mm sur les cloches était dévastateur (également sur le béton). Au bloc 2 du PO du Bambesch, la visière au dessus des créneaux de la chambre de tir a été "rongée" de 1 mètre par les 88mm en à peu près deux heures ! (1 obus toutes les minutes). Le bloc a d'ailleurs été percé au niveau du crénau de battement de fossé.

Imaginez le bruit à chaque impact...
D'après un témoignage, lorsque les obus touchaient les cloches le soir ou à l'aube, les autres observateurs voyaient partir de la cloche une grosse gerbe d'étincelles.

Certains guetteurs ont de ce fait perçu les lunettes modèle 1937 car il y avait des petits éclats de fer qui passaient par le créneau. Certains ont également touché le casque modèle 1935.

Concernant la bd sur ce sujet, effectivement il y en a une qui a été publiée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Jeu 1 Sep - 8:49

Bravo Simon pour ton exposé !

Pour revenir sur le 88mm, il était terrible contre le béton et les cloches, beaucoup plus que le petit Pak de 37mm ! A titre d'exemple, les artilleurs allemands ont réussi à percer un des blocs d'artillerie du Fermont (à Longuyon) au 88, pour une raison encore inconnue, ils se sont arrêtés juste après le coup ayant percé le bloc et n'ont même pas vu la brêche . Par conséquent, le génie français (pas moi ce coup-ci ! Razz ), a rebouché le trou dans la nuit, comme si de rien n'était !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Jeu 1 Sep - 9:57

Dans le SFF, au bloc 1 du PO de Laudrefang, le jumelage de Reibel a été arraché par un coup direct d'un 88. Le soir, le Génie de l'ouvrage a soudé et/ou calé avec des madriers quatre plaques d'acier de 2,5 cm d'épaisseur sur le créneau.

Au PO du Kerfent, ce sera des sacs de sable et de charbon (ces derniers montés des cuisines) qui seront posés devant le créneau afin d'éviter les petits éclats.

La même opération aura lieu au PO de Téting : un obus de 105mm frappe de plein fouet le jumelage de Reibel qui est arraché sur le coup. Le servant qui se trouvait alors derrière celui-ci est projeté au fond de la pièce contre le mur (le soldat n'est pas décédé, mais bien commotionné). Avant de terminer sa course, l'obus ricoche dans toute la pièce, en épargnant par miracle les casiers à munition bondés - et les hommes !! (les marques de se ricocher sont encore visibles aujourd'hui dans la chambre de tir). Seulement, l'obus de 105mm n'a pas explosé !
D'après les témoignages, les hommes présents dans la pièce ont évacués le blessé, ont demandé qu'on apporte rapidement des sacs de sable afin d'obstruer le créneau. Ensuite, ils ont attendu "que l'obus ne soit plus rouge", et un soldat très courageux a saisi l'obus et l'a jeté à travers le créneau défoncé. La pièce a ensuite été évacuée (après avoir retiré toutes les munitions présentes dans la pièce).

On avait peur d'un incendie dû à l'explosion de toutes les munitions présentes dans la chambre de tir si d'autres obus arivaient dans la pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Jeu 1 Sep - 18:29

On va continuer dans ces histoires alors ...

Au PO du Haut-Poirier (chez monsieur le maire Razz ), il y avait un jumelage pour arme mixte sous-casemate normalement prévu . Mais, non monté, il a été remplacé par un jumelage de mitrailleuses d'instruction , moins solide .
Lors de l'attaque allemande fin juin 40, un obus vint perforer le fameux jumelage et fit exploser les munitions présentes dans la pièce (300 obus de 47mm et 500 obus du mortier de 50mm de cloche), les trois hommes présents furent tous tués dans l'explosion . Le 4e, guetteur dans la cloche, fit une chûte de 4m sous le choc de la déflagration (le plancher s'était effondré) . Bien que comotionné, il reprit ses esprits et fila prévenir le commandant d'ouvrage ainsi que le commandant Jolivet (commandant le SF Sarre) qui avait installé son PC dans le PO .
Peu après dans la soirée du 21 juin 1940, l'ouvrage se rendit .

Un accident similaire, quoique survenu avec le canon de 47mm (mais on s'éloigne de plus en plus du SFF) .
Dans le bloc entrée du PO de la Salmagne (SF de Maubeuge), le caporal-chef François Dierickx vient de finir son service, mais il s'aperçoit qu'il a laissé son masque à gaz dans la chambre de tir . Il remonte donc alors que le bloc est soumis à un violent bombardement allemand . Malheureusement, lorsqu'il passe derrière le canon de 47, celui-ci (mal fixé sûrement) est frappé par un obus qui le propulse contre le mur : le caporal-chef se retrouve donc écrasé ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Jeu 1 Sep - 18:43

Merci Tom pour ces deux récits. Premier connu, mais l'autre, je ne connaissais pas.

J'essayerai de mettre des photos de la chambre de tir du bloc 3 du PO de Téting...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Ven 2 Sep - 8:29

Ca j'ai bien envie de voir oui !
Revenir en haut Aller en bas
fougère

avatar

Messages : 660
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 30
Localisation : courtenot

MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Sam 3 Sep - 9:14

Très beau travail Simon avec des photos très impressionnante.
Je doute fortement de l’efficacité de la ligne Maginot en pratique... Question
Il y avait 30 ans de retard....comme d'ab.
tu restaure quel casemate?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Sam 3 Sep - 21:11

Concernant l'efficacité de la Ligne Maginot en pratique.

Il faut savoir d'abord que le but de la Ligne Maginot n'était pas d'empêcher l'ennemi de pénétrer sur le territoire pendant des années en autonomie.
Elle avait pour but de stoper une attaque surprise, de donner l'alerte, de couvrir la mobilisation de l'armée française qui prenait entre deux et trois semaines, et de servir de base pour une contre-offensive éventuelle (elle avait bien entendu d'autres missions, mais voilà ses principales).

Le fonctionnement principal de la ligne, est le suivant : un ouvrage ou une casemate couvre l'ouvrage voisin ou la casemate voisine. Cela va donner les feux de flanquement, ou la ligne de feu. Généralement, on trouve un couple de deux casemates d'infanterie entre chaque ouvrage. "Tout le monde défend tout le monde". L'idée que la ligne "vise" directement l'Allemagne est donc fausse.

Pour l'époque, cette fortification était très moderne : les ouvrages et casemates pouvaient être autonomes pendant une durée d'à peu près 3 mois.
Les ouvrages et casemates produisaient leur propre courant, avaient des réserves de vivres, de carburant (pour les moteurs), et bien entendu de munitions. Il y avait des infirmeries, parfois même des salles d'opération, des dentistes (dans les gros ouvrages), des dortoirs etc. Il y avait un certain confort, confort qui n'apparaîtra qu'après la guerre dans les ménages français...
L'ouvrage été aussi en autonomie un certain temps face aux gaz de combat.

De plus, l'armement était moderne, avec le fameux 47mm anti-char, qui détruisait n'importe quel char de l'époque à 800 mètres. Les mortiers de 81mm sous casemate, invulnérables et ravageurs. Les tourelles de 75mm, de 81mm...
Les jumelages de mitrailleuses reibel de 7,5mm (MAC31). Les réseaux de rails anti-char, de barbelés, ces derniers truffés de mines bondissantes, de piquets Olivier et presque infranchissables si l'artillerie ennemie ne pilonnait pas les réseaux.

La protection de béton et d'acier des cloches était raisonnable (seuls les tirs tendus des pièces allemandes étaient efficaces sur les cloches et le béton). Les blocs résistaient sans problèmes à l'impact d'une bombe de Stuka sur la dalle de ciel.

La Ligne Maginot a été efficace en Juin 1940. Il n'y a qu'à regarder les nombreux petits/grands faits d'armes.

Devant l'ouvrage de Schoenenbourg, malgré le lourd bombardement des blocs par les les Stukas, les Allemands ont été tenus en échec (et les blocs toujours debout !), de même devant l'ouvrage de Fermont, devant les petits ouvrages de Téting, de Laudrefang, de l'Einseling, et de nombreux autres ouvrages. Au total, seuls 7 ouvrages sont tombés (et après combat).
L'Artillerie était redoutée par les Allemands, précise et rapide.
Il n'y a rien qu'à regarder au niveau du SFF comme nous sommes dans ce sujet : le PO de Laudrefang avec ses quatres mortiers de 81mm a interdit toute approche de ses voisins, les PO de l'Einseling et de Téting. D'ou l'efficacité des feux de flanquement.

De plus, la Ligne Maginot ne comprend pas que les ouvrages et casemates, il y a aussi les troupes d'intervalles, les régiments d'artillerie de position, etc etc. Cela en fait un espace de résistance très puissant (mais les ordres de repli de Juin 40 feront en partie éclater cet espace : les ouvrages resteront seuls...).

Il existe de nombreuses critiques au sujet de cette fameuse ligne, qui selon certains n'aurai servi à rien... Cependant, elle a quand même "occupé" une partie de l'armée allemand en Juin 1940, elle a été le lieu de violents combats (l'équipage entier du PO de La Ferté a péri pendant les attaques sur l'ouvrage). Bref, ses défenseurs se sont battus, et ont du rendre les armes sur ordre du Haut Commandement français (après l'armistice), il ne faut pas l'oublier.

*Sachant que lors de l'offensive de Mai-Juin 1940, toutes les constructions et les finitions n'avaient pas été achevées faute de budget.
*Je suis dans l'association qui rénove le Bloc 3 du PO de Laudrefang.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   Dim 4 Sep - 18:41

Alors là tout à fait d'accord avec toi Simon ! La ligne Maginot était très efficace et en avance sur son temps .

Il ne fallait à titre d'exemple pas plus d'une minute ou deux entre le déclenchement d'un tir d'artillerie et le repérage de l'ennemi . Et les armes étaient très précises !
Outre l'aspect purement militaire (qui je le dis encore une fois était très moderne), il faut penser au reste . Les ouvrages avaient l'eau courante, l'électricité, le chauffage ... beaucoup de choses que certaines maisons ou même villages n'ont eu que bien plus tard !

Fougère, je ne peux pas te laisser dire ça ce coup-ci ! J'ai failli m'étrangler en voyant ton message ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Ligne Maginot : Le Secteur Fortifié de Faulquemont (SFF)
» il est enfin sorti! le tome 4 sur la ligne maginot H&C
» la ligne maginot tome 5
» Sur la ligne Maginot les 22 et 23 juin en Moselle...
» 3 insignes de la Ligne Maginot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
militaria et histoire vivante  :: 2ème guerre mondiale-
Sauter vers: