Tout ce qui touche le militaria et l'histoire de toutes époques.
 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 histoire de SNIPER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
paysan

avatar

Messages : 1374
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: histoire de SNIPER   Mar 31 Jan - 18:45

L’histoire de l’humanité est ainsi faite qu’il en est toujours un pour écraser la gueule de l’autre. Idéologie foireuse et totalitaire, affection pour la chose sanglante et rapport de force déséquilibré constituent un bouquet généralement homogène à l’heure de démontrer que la nature de l’Homme est vile, gangrénée et hautement velléitaire. Quand les Soviétiques envahirent la Finlande en 1939 – alors que les Nazis, eux, avaient déjà écrasé la Pologne comme une vulgaire blatte malodorante – l’affaire était en toute logique pliée d’avance. La puissance démographique, économique et donc militaire de la grande URSS, au regard des conditions de la frêle Finlande, aurait fait flipper n’importe quel pèlerin en poste sur la ligne Maginot. Sauf que les Finlandais ne sont pas des fiottes et comptaient une arme effrayante dans leurs rangs : Simo Häyhä, surnommé La Mort Blanche, ou le sniper ayant jamais dégommé autant de têtes en aussi peu de temps dans l’histoire universelle des guerres.


30 novembre 1939. Suite à la dislocation de la paix sur le territoire européen, consécutive aux exactions menées par Hitler, l’URSS, pas encore préparée à mener une guerre de longue haleine tente d’assurer la protection de son sol, notamment du côté de sa frontière finlandaise. L’état major soviétique ne juge alors pas improbable que la Finlande puisse s’acoquiner avec l’infâme Adolf. Pourtant, les négociations menées entre Soviétiques et Finlandais dans l’optique de créer des avant-postes visant à protéger Léningrad en cas d’attaque de l’Allemagne nazie, virent rapidement au vinaigre. Excédés et faisant preuve d’une patience sommes toutes limitée, les Rouges décident alors d’employer la manière forte et ruiner la gueule des Finlandais. De cet échec diplomatique retentissant découle un intense conflit entre les deux pays, la Guerre d’Hiver, qui durera trois mois et demi, s’achevant le 13 mars 1940.

Rapidement, l’attaque est jugée illégale par l’inutile Société des Nations et l’URSS s’en voit en conséquence exclue le 14 décembre. Complètement déséquilibrée en apparence, l’Armée Rouge jouissant d’un ratio de quatre soldats pour un Finlandais, la bataille se révèle pourtant catastrophique pour les sbires de Staline. En dépit de forces finlandaises mal équipées et mal préparées, l’Etat-Major soviétique opte pour une stratégie bancale et se retrouve confronté à des troupes mues par un moral d’acier et une farouche volonté de faire la peau à l’envahisseur. Parmi ces milliers d’anonymes finlandais qui se battent à la force du désespoir contre la machine à broyer de la viande soviétique, il en est un qui va rapidement devenir la grosse épine dans le cul de Staline : Simo Häyhä.



Né trente-quatre ans plus tôt, en décembre 1905, Simo Häyhä, comme des milliers de ses compatriotes se retrouve engagé dans une guerre visant à maintenir l’intégrité territoriale et l’honneur d’un pays. Opérant au sein de la 6ème compagnie engagée sur le front de la Rivière Kollaa – bataille souvent référencée comme « le miracle de Kollaa » en raison de nombreux actes héroïques – Simo fait rapidement montre de ses talents de guerrier. Préférant un archaïque fusil M28 « Pystykorva » – une variante finlandaise du fusil Mosin-Nagant soviétique créé en 1891 – au riffle Mauser suédois pourtant nettement plus récent et performant, Häyhä fait exploser les têtes de ses ennemis une à une. Tireur d’élite d’exception, c’est planqué dans la neige, revêtu d’une tenue de camouflage entièrement blanche, à des températures oscillant entre – 20° et – 40° C que Simo, tire profit de son petit gabarit d’un mètre cinquante-deux. Ne lésinant sur aucun détail, il préfère ainsi ne pas utiliser de lunette de tir pour diminuer la surface de sa silhouette, n’ayant par conséquence pas à ajuster son tir en relevant la tête, ni se préoccuper d’éventuelles réflexions du soleil qui pourrait malencontreusement révéler sa position. Ne reculant devant rien Häyhä prend également l’habitude de compacter la neige devant lui et se remplit la bouche de poudreuse, évitant de la sorte que la neige soulevée par les tirs ou sa respiration ne le découvrent.



En l’espace de trois mois, Simo Häyhä devient la bête noire de l’armée Rouge. Excédé par ce petit fils de pute qui crève ses soldats comme des plateaux ball-trap – Häyhä fut officiellement crédité de la mort par snipe de 505 soldats soviétiques et le chiffre non-officiel du champ de bataille de Kollaa monte même à 542 soldats abattus – elle déploie tous les subterfuges possibles pour en venir à bout. Sa tête mise à prix, les Soviets mettent en place équipes de contre-snipers – qu’il prend un malin plaisir à dézinguer un par un – et multiplient bombardement d’artilleries pour venir à bout de celui qu’ils surnomment désormais La Mort Blanche. Sans succès pendant des semaines, si ce n’est, à une occasion une petite déchirure causée par un obus à fragmentation. Puis finalement, le 6 mars 1940, Häyhä reçoit une vilaine balle à explosion dans la mâchoire. Par chance, le projectile sembla dévier à l’impact, lui arrachant tout de même la moitié du visage. Son réveil, le 13 mars 1940, coïncida avec la déclaration de paix. Pour avoir tué 200 soldats supplémentaires au pistolet mitrailleur, portant son total à 742 victimes, Häyhä fut promu du grade de caporal à celui de sous-lieutenant par le maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim, une fois la guerre finie.




La résistance héroïque des Finlandais face aux forces de l’Armée rouge, dura jusqu’au traité de Moscou du 12 mars 1940. Outre ses lourdes pertes humaines, la Finlande se vit dépossédée de 10 % de son territoire et de 20 % de son potentiel industriel aux termes de ce traité. Pour autant, l’URSS ne sortit pas indemne du conflit, loin de là. En dépit de la défaite, la Finlande mis véritablement l’URSS à genoux pendant des semaines. S’il est difficile de trouver des chiffes fiables, on estime que les Finlandais perdirent environ 25 000 hommes contre un chiffre compris entre 125 000 (wiki en) et 400 000 (wiki fr) hommes côté soviétique. Après la Guerre d’Hiver, un général soviétique eut d’ailleurs cette phrase terrible « On a gagné 35 000 kilomètres de nouveaux territoires, juste assez pour enterrer nos morts ». Se basant sur cette bataille, l’Allemagne se mit d’ailleurs à sous-estimer les Russes, ce qui la perdrait à son tour sur des fronts comme Stalingrad.

Simo Häyhä, la gueule en pièces, mis pour sa part plusieurs années à récupérer de ses blessures, la balle ayant traversé sa mâchoire et fait éclater toute sa joue gauche. Une fois remis totalement, la machine à tuer devint un chasseur très renommé après la guerre. A l’image d’un peuple qui aura vendu chèrement sa peau, il est mort en 2002, à l’âge de 96 ans. Dans une petit village situé à proximité de la frontière russe, ça ne s’invente pas.



(article repris d'un autre site dont j'ai égaré l'adresse. J'ai trouvé le style plaisant et laissé l'article tel quel!)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: histoire de SNIPER   Mar 7 Fév - 17:40

Peut-être hors sujet
Une carabine actuelle de sniper

Si vous pouvez identifier cette carabine Wink
MD
Revenir en haut Aller en bas
paysan

avatar

Messages : 1374
Date d'inscription : 26/09/2010

MessageSujet: Re: histoire de SNIPER   Mar 7 Fév - 17:48

Ca ressemble fortement à une carabine STEYR HS 50 qui utilise des balles de calibre 50 capables de traverser 5cm de blindage. On peut atteindre un homme à 2km de distance avec un engin pareil....
Revenir en haut Aller en bas
fougère

avatar

Messages : 660
Date d'inscription : 21/12/2010
Age : 30
Localisation : courtenot

MessageSujet: Re: histoire de SNIPER   Sam 11 Fév - 8:48

je suis d'accord avec paysan.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: histoire de SNIPER   

Revenir en haut Aller en bas
 
histoire de SNIPER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» histoire de SNIPER
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Revue "Les dessous de l'Histoire" (Jacquier)
» la peinture hyper réaliste Histoire de l'Art

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
militaria et histoire vivante  :: 2ème guerre mondiale-
Sauter vers: